Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.

Les Sculptures

Depuis peu, Jean-Philippe Richard affirme le dessin des mains et des seins de ses statues, le visage se relève pour s'ouvrir sur le monde. Les visages sont esquissés. Ils correspondent à un archétype, un idéal féminin aux traits réguliers, harmonieux. Les lignes du corps sont fluides, élancées gratifiant les sculptures d'un caractère presque ethéré.

Ces qualificatifs ne s'opposent pas à l'individualisation. Le sculpteur leur a donné à chacune un prénom : Margot, Isabeau, Anaïs, Rose, Mélissandre, Chloé, Charlotte, Marina...

L'une d'elles, la première à accueillir les visiteurs se nomme Justine ou Isis.

Isis en souvenir des Phéniciens qui vénéraient en ces lieux la déesse égyptienne de la fertilité et de l'éternité. D'aucuns affirment d'ailleurs qu'elle aurait donné son nom au village. (lien caché vers page sur l'histoire du village)

"Je me laisse toujours faire par la matière" Jean-Philippe Richard

De 1972 à 1989, Jean-Philippe Richard a travaillé sur divers supports et a acquis une expérience dans de nombreuses techniques d'art appliqué : peinture à l'huile, mosaïque de pierres en fresque ou en tapis de sols, sérigraphie, gravure aux eaux fortes sur calcaires, hauts reliefs d'architecture...

En 1990, il installe son atelier à Mirabel aux Baronnies dans la Drôme où il se consacre à la statuaire féminine. Cette recherche lui permet d'explorer les mystères de la féminité. Ses femmes sont pétries d'éternité, qu'elles soient faites de bronze, de cristal ou de terre. C'est à partir de cette dernière matière qu'il appelle "poussière d'étoiles" que l'artiste leur a donné la vie.

L'artiste a participé à un grand nombre de salons, Paris "Espace création", Salon des Seigneurs de l'Art d'Arles, 2e salon d'Art plastique ACEA de Barcelone; l'Artexpo Salon international de New York etc.

Ses sculptures sont présentes de manière permanente dans de nombreuses galeries françaises et étrangères. Galerie Jean-Philippe Richard, à Saint-Rémy de Provence, galerie le Baron à Saint-Paul de Vence, galerie Chabanian de Mégève et Honfleur, restaurant du rond point des Champs Elysées à Paris, Galerie de Provence de New York et à la S.R. Brennen Gallery de Palm Desert en Californie.

Jean-Philippe Richard devenu Sculpteur

textes de Annie Bastide Lyon, Art Print, 2002, 174p In quarto.

Nombreuses illustrations sur papier glacé pleine plage.

Prix: 90€

http://www.richardsculpteur.com

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.